Chamoiseau

Les histoires d’esclavage ne nous passionnent guère. Peu de littérature se tient à ce propos. Pourtant, ici, terres amère des sucres, nous nous sentons submergés par ce noeud de mémoire qui nous âcre d’oublis et de présences hurlantes. A chaque fois, quand elle veut se construire, notre parole se tourne de ce côté-là, comme dans l’axe d’une source dont le jaillissement encore irrésolu manque à cette soif qui nous habite, irrémédiable.

Patrick Chamoiseau, L’Esclave vieil homme et le molosse

Couverture de L'Esclave vieil homme et le molosse de ChamoiseauPatrick Chamoiseau est un écrivain Martiniquais, noir, de gauche, totalement subversif derrière l’apparence doucereuse de ses propos. Il était proche d’Edouard Glissant, écrivain Martiniquais mort en 2011. Son écriture est marquée par la culture et la tradition orale créoles. Il est surtout connu pour son roman Texaco qui a obtenu le prix Goncourt en 1992 (comme quoi le Goncourt a parfois été attribué à de vrais écrivains).
L’Esclave vieil homme et le molosse est le récit de la traque par le maître et son molosse d’un vieil esclave qui fuit la plantation. C’est court, dense et magistral. J’ai lu ce livre d’un trait en regrettant que chaque page lue me rapproche de sa fin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s